Toulayna signe sa première victoire en Grand Prix à Wellington

Rédigé le 19/03/2023
Emilie Dupont

Samedi soir, tous les projecteurs de Wellington se sont finalement braqués sur une jeune jument qui semble avoir déjà tout d'une grande : Toulayna. A neuf ans seulement, sous la selle de l'Américain Kent Farrington, la fille du Bwp Toulon s'est imposée pour la première fois dans un Grand Prix, son deuxième au niveau 4*.

Voilà ce que l'on appelle une ascension fulgurante. Après de très prometteurs débuts sur la scène internationale en CSIYH1* en 2021 aux côtés des Belges Jasper Doucé (son naisseur), Thibault et Nicola Philippaerts - où, sur quinze épreuves, elle se classait pas moins de huit fois dont deux sur la plus haute marche du podium -, Toulayna (ex Toulayna van get Bloesemhof Z) a confirmé son large potentiel sous la selle de Kent Farrington en 2022, enchaînant les classements en CSI2* puis CSI3*... Jusqu'à remporter son premier Grand Prix 4* ce 18 mars 2023 à Wellington. Cela, alors que, seulement deux mois plus tôt, pour sa première participation à une épreuve de ce niveau, elle se classait déjà troisième. A neuf ans, la jeune jument inscrite au stud-book Zangersheide, issue du croisement entre le Bwp Toulon et la KWPN Vuelta (Parco, Bwp x Kadall, KWPN, par Ramiro Z, Holst), a ainsi affirmé qu'elle faisait sûrement partie des meilleures de sa génération ou, tout du moins, des plus prometteuses. Et ce n'est pas Kent Farrington, qui l'a acquis en fin d'année 2021, qui dira le contraire. "C'est le plus gros parcours qu'elle ait sauté. Je fonde de grands espoirs en elle. Elle est rapide, respecteuse et tout ce que j'aime chez un cheval. Elle a beaucoup de sang et est vraiment très vive", confiait-il après sa victoire aux côtés la petite baie qui, du haut son mètre cinquante-cinq, n'a fait tombé aucune barre lors du tour initial comme lors du barrage. "Après quatre semaines de compétitions, je vais désormais lui accorder une pause, des promenades et de la détente", ajoutait le cavalier américain.

Les représentants du stud-book Holstein complètent le trio de tête

Si c'est donc la petite jument Zangersheide qui s'est imposée dans ce Grand Prix, le podium est complété par deux représentants du stud-book Holstein. Quelques centièmes moins rapide au barrage, Akuna Mattata, pilotée par l'Américaine Nicole Shahinian-Simpson, se classe deuxième. Plus précisément inscrite à l'American Holsteiner Horse Association, la baie de quinze ans, fille de Quinar, Holst, et de Dragonfly, sBs (Landwind, Holst), née chez Carol Rosenstein aux Etats-Unis, signe-là sa meilleure performance dans un Grand Prix 4*.

Le troisième double sans-faute le plus rapide est celui du Holsteiner Amsterdam 27. S'il est actuellement monté par l'Irlandais Darragh Kenny, à treize ans, le fils de Catoki, Holst, n'a rien d'un débutant puisqu'il participait aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021, sous la selle de Teddy Vlock, après avoir été jusqu'en CSIO5* avec Mario Deslauriers, avec qu'il s'est s'était notamment classé deuxième dans la Coupe des nations de Calgary en 2019.

Un autre Z au pied du podium

Les Z et les Holsteiner ont décidément été les meilleurs chevaux de ce Grand Prix puisque c'est un autre représentant du stud-book belge que l'on retrouve au pied du podium. Il s'agit de l'étalon Agana van het Gerendal Z qui, sous la selle de Lillie Keenan, a lui aussi été auteur d'un double sans-faute. Fils du performant Aganix du Seigneur, sBs, le bai né chez Fam. Verhey et Stal Gerendal a ainsi confirmé son très bon état de forme, lui qui remportait, en novembre dernier, le Grand Prix Coupe du monde du CSI4*-W de Las Vegas et se classait plus récemment dans plusieurs épreuves du CSI5* de Wellington.

Si le podium est en grande majorité composé de chevaux Holsteiner, le top 5 est quant à lui dominé par l'élevage belge puisque la cinquième place est occupée par Don Juan van de Donkhoeve, auteur du dernier double sans-faute de ce Grand Prix. L'étalon sBs de treize ans, issu du croisement entre les Bwp Bamako de Muze et Dinva van de Donkhoeve (Heartbreaker, KWPN), évolue depuis 2019 sous la selle de Jessica Springsteen, avec qui il avait notamment participé aux Jeux Olympiques de Tokyo - et été médaillé d'argent par équipe ! - et remporté la Coupe des nations du CSIO4* de Wellington quelques mois plus tôt.

Pour consulter les résultats complets, cliquez ici.

Photo : Toulayna et Kent Farrington. Crédit : WEF/Sportfot.