Trot à poney: 30 hippodromes et autant de sulkies à disposition

Trot à poney: 30 hippodromes et autant de sulkies à disposition

Rédigé le 12/06/2019
Elisabeth Gillion

En 2011, la Fédération française d’équitation lançait la discipline du trot à poney. Depuis, l’instance nationale a appuyer bon nombre d’actions et 30 hippodromes s’ouvrent aux courses à poney, dans les deux catégories -mini (7/11 ans) et juniors (12/16 ans).

Avec 213 licences en 2019 et une moyenne de huit partants par course, la discipline du trot à poney a encore une belle marge de progression. La Fédération française d'équitation prend ainsi l'initiative de mettre à disposition des apprentis trente sulkies et a négocié avec l'IFCE un label "poney de course" pour inciter les clubs à démarrer. 

Avec une moyenne de huit partants par course et 213 licences, on peut progresser ... La FFE met donc à disposition 30 sulkies et a négocié avec l'iFCE le label "poney de course" pour inciter les clubs à démarrer. Les jeunes adeptes peuvent suivre une série de formations de quatre niveaux, associant un moniteur d'équitation et un entraîneur de trot. En effet, la clé de la découvertte est toujours l'accès aux installations d'un professionel. Comme le souligne David Lepère, driver amateur et père de Gabin et Emile (deux brillants jeunes drivers à poney) : "il est essentiel d'accèder aux pistes des professionnels et de les regarder travailler au quotidien. Souvent il suffit de leur demander car ils ne refusent pas mais les gens n'osent pas ..."

Le circuit officiel, le Trot Top Tour, compte 70 courses d'avril à novembre sur des distances de 1200 à 1800 mètres pour les juniors. La catégorie inférieure ne se court que sur des lignes droites. Les gamins se bagarrent sur de prestigieux hippodromes et si c'est amusant, c'est aussi très rapide. Ils sont impressionnants. Et élégants, lors de défilés avant la course devant le public, au Touquet, à Grosbois et surtout en nocturne à Vincennes où se déroule la finale au championnat de France.

Courir à poney est aussi formateur car il faut être organisé et rigoureux: comme toute compétition, cela  implique un travail au quotidien, après l'école ou le collège. La rigueur est aussi visible dans la tenue impeccable imposée. Gants, lunettes, boots noires, gilet de protection, casaque avec broche et pantalon blanc : tout est nickel !

Photo : Trot à poney
Crédit : www.junior-trot.fr/