Luminothérapie : et la lumière fut !

Rédigé le 13/10/2021

Dans son numéro actuellement en kiosques, L'Eperon vous propose de découvrir une méthode de soins en plein développement : la luminothérapie. Encore très peu utilisée en France, la luminothérapie fait pourtant aujourd’hui des adeptes aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Irlande. Bénéfique aussi bien aux chevaux de sport que d’élevage, cette méthode de soin consiste à reproduire les bienfaits de la lumière naturelle et résout de nombreux problèmes, qu’ils concernent la santé physique ou la santé morale. Aide à la cicatrisation de blessures, anticipation du cycle reproductif, réduction du stress… Le champ d’action de la luminothérapie est très large.

Liz Halliday-Sharp, Scott Brash, Philipp Dutton, Sam Watson… Tous ces cavaliers ont un point commun, autre que celui d’avoir représenté leurs pays respectifs à Tokyo : ils sont tous de fervents utilisateurs de la luminothérapie pour leurs chevaux. Encore méconnue en France, cette méthode de soin a pourtant de nombreux arguments pour convaincre. Son concept est simple : reproduire les caractéristiques et les bienfaits de la lumière naturelle, produite par le soleil, grâce à une lumière artificielle diffusée par une lampe ou par des diodes lumineuses. Mais, attention, la luminothérapie ne peut pas être réalisée à partir de n’importe quelle lumière car toutes ne sont pas composées des mêmes longueurs d’ondes et ne les reproduisent pas de la même manière. Inutile, par exemple, de placer un cheval sous la lampe présente dans l’écurie ou dans son box : cela n’aura évidemment pas le même effet que s’il est exposé à un appareil spécialement conçu pour ce soin. Ce dernier va, en effet, produire deux couleurs spécifiques naturellement émises par le soleil : de la lumière bleue ou de la lumière rouge. Des caractéristiques dont ne disposent pas les lampes habituelles. Ces dernières n’ont donc pas les mêmes effets sur le cheval et n’influencent donc pas sa santé morale et physique de la même manière qu’un appareil de luminothérapie. Amélioration de la masse musculaire et de la qualité du poil, réduction du stress et des effets du décalage horaire, aide à la récupération après un effort et à la cicatrisation d’une blessure, anticipation du cycle reproductif… La luminothérapie a un panorama d’action très large et peut être une solution à de nombreuses problématiques.

Un soin qui se développe en France

Rares sont les cavaliers et propriétaires français qui utilisent aujourd’hui cette méthode de soin. Pourtant, différents produits de luminothérapie sont présents depuis quelques années sur le marché français. Parmi eux, on trouve ceux de la marque Equilume, qui propose un masque diffusant de la lumière à proximité de l’œil du cheval ainsi que des lampes reproduisant le cycle du soleil. On retrouve également les produits Revitavet, revendus par la société Horse Feed en France, dont la gamme est notamment constituée de pads avec des diodes de lumière rouge. Tous n’ont ni le même objectif, ni la même utilisation. Ils répondent à des problématiques spécifiques et pourraient aider un grand nombre de cavaliers et propriétaires. « En France, tout ce qui est nouveau est compliqué à instaurer », analyse Franck Jouin, de la société Horse Feed. « Quand un produit spécifique arrive sur le marché, il est souvent difficile de convaincre les gens de l’essayer. Pourtant, généralement, une fois qu’ils se sont lancés, ils sont ravis. C’est exactement le cas avec les produits de luminothérapie. Le développement de cette méthode de soin connaît le même schéma que celui de la balnéothérapie : il y a quelques années, on n’en entendait que très peu parler et aujourd’hui il y a une réelle demande, de plus en plus forte. Je suis convaincu que la luminothérapie va connaître le même succès. » « La gestion moderne des chevaux nécessite qu'ils passent une grande partie de leur temps à l'intérieur, non exposés à la lumière naturelle idéale, et souvent dérangés par la lumière la nuit », souligne quant à elle Cécile Adonias, représentante de la marque Equilume. « Ces conditions ont un impact négatif sur l'horloge biologique du cheval : elles peuvent perturber sa croissance, diminuer sa réaction immunitaire et réduire son appétit et ses performances. La luminothérapie permet de faire face à ces problèmes en procurant au cheval une lumière efficace sur le plan biologique, grâce à un système reproduisant dans l'écurie un éclairage naturel. »

La suite de cet article est à retrouver dans le numéro 390 de L'Eperon, disponible en kiosques ou sur notre boutique en ligne.

Photo : Luminothérapie - L'Eperon 390
Crédit : E. Knoll