Au nord, Dunkerque remet le couvert

Rédigé le 07/10/2021
Sylvia Flahaut

Après une année d'absence, le CSI de Dunkerque accueillera du 14 au 17 octobre prochains les cavaliers pour un CSI2 et 1*. Mais après la crise sanitaire et le Brexit, la tâche est ardue pour François Gilmet, organisateur, de refaire venir les étrangers au centre équestre de l'Afgand.

Il est des concours dont la réputation en termes de convivialité n'est plus à faire et Dunkerque (59) en fait partie. Le CSI2* et 1*, organisé par François Gilmet et son équipe, a souffert d'une année d'absence à cause de la crise sanitaire, mais se remet à table en 2021. La spécificité de l'événement ? Des épreuves classiques, vitesse et Grand Prix, mais également des épreuves "spectacle", qui drainent à chaque fois un public nombreux, venu de toute l'agglomération dunkerquoise. "Le vendredi soir, en partenariat avec la marque Renault, nous avons notre traditionnel Jump and Drive, qui consiste pour les cavaliers à réaliser un parcours à cheval puis dans un véhicule électrique, le tout le plus vite possible", détaille François Gilmet. "Le lendemain, toujours en soirée, nous organisons une année encore notre épreuve de puissance sur mur. Il me semble que nous sommes l'un des derniers concours en France à faire cela, et ça attire toujours beaucoup de spectateurs également." C'est d'ailleurs en 2018 que le cavalier belge Marc Deforche avait réussi l'exploit de passer 2,20 mètres. Cette performance sera-t-elle atteinte ou dépassée cette année ? "En 2019, Mathieu Billot et Jules Bernast s'étaient arrêtés ex-aequo à 1,95 mètre ", précise François Gilmet. Dunkerque, c'est donc du sport, mais pas seulement : l'équipe veille à en faire un événement où l'ambiance n'a pas son pareil, et mieux ne vaut pas reprendre sa voiture les vendredi et samedi soir, si vous décidez de rester pour profiter des soirées que propose le concours. 

Une reprise difficile après le Covid et le Brexit

Si les cavaliers français, et notamment régionaux, mettent une croix à leur calendrier et viennent bien volontiers sur la côte pour participer au concours, celui-ci souffre cette année des mesures liées au Covid ainsi qu'au Brexit. "Généralement, nous avons une trentaine de chevaux britanniques et une quinzaine de chevaux irlandais sur l'événement", poursuit François Gilmet. "Mais cette année, rien du tout. En réalité, les cavaliers britanniques qui font du 2, 3* et qui rentrent chez eux entre les compétition - et non les cavaliers de 5* qui sont en permanence en déplacement - doivent respecter une quatorzaine très stricte lorsqu'ils rentrent chez eux. La contrainte est forte, et cela nous a fait déjà perdre pas mal de  cavaliers. Et puis, ajouté à cela, le Brexit impose d'autres désavantages aux sportifs : pour traverser la frontière en pénétrer dans l'Union européenne, ils doivent s'acquitter de frais de douane. Cela s'apparente à environ 500 euros par cheval. Comment voulez-vous qu'un Britannique puisse venir faire un concours en France avec trois chevaux, s'il doit payer 1500 euros à la frontière et respecter deux semaines de quarantaine avant de rentrer chez lui ? Ces contraintes nous valent de voir environ 50% de nos cavaliers étrangers habituels ne pas venir... Alors que nous sommes un concours qui se trouve à proximité immédiate de la frontière avec la Grande-Bretagne !"

Pas évident d'organiser une compétition 2* dans ces conditions et les petits labels ont cette année particulièrement souffert de la crise sanitaire, en voyant parfois partir certains de leurs partenaires. Heureusement, ce n'est pas le cas pour Dunkerque : "environ 90% de nos sponsors ne nous ont pas lâchés", se réjouit l'organisateur. "Mais c'est véritablement auprès des cavaliers que nous avons travaillé, pour combler ce manque d'étrangers. Nous avons quelques Belges et quelques Hollandais qui seront présents, et pas mal de Français. Mathieu Billot, qui apprécie le concours, revient et c'est une vraie reconnaissance pour nous." Et de nombreux cavaliers nordistes, Thierry Lambert, Aymeric Roussel, Elyse Lesage, Dylan Ringot, Xavier Hazebroucq, entre autres, seront présents. Si les demandes officielles de participation sont closes, il est encore possible de participer à l'événement. 

Photo :
Crédit : S.F.