Diana et Tim, ces dresseurs étrangers qui ont oeuvré pour la France

Rédigé le 12/01/2021
Émilie Dupont

Après Osbourne et Mad du Bosc, L’Éperon revient sur le parcours de deux autres poneys ayant marqué l’histoire du dressage français : Diana et Tim. Respectivement originaires d’Allemagne et de Suède, ils ont pourtant fait briller la France sur la scène internationale à de nombreuses reprises.

C’est indéniable : Clarissa Stickland et sa fidèle Diana (FS Don’t Worry x Dorina par Dream Valvet) ont longtemps été l’un des meilleurs couples de l’équipe de France de dressage poney. Achetée à cinq ans par la famille Stickland, c’est ensemble que Clarissa et Diana ont réalisé leurs premiers pas sur les rectangles internationaux en 2011, coachées par le couple néerlandais Coby et Marrigje van Baalen. Malgré des débuts parfois compliqués dus à leurs jeunes âges, elles n’ont cependant pas tardé à faire leurs preuves. En 2012, elles se classent ainsi deuxièmes à Jardy, au Salon du cheval et lors du CDIP de Vidauban. Remarqué par Alizée Froment, alors sélectionneuse nationale, le couple était pressenti pour représenter la France lors des championnats d’Europe de Fontainebleau. Mais une blessure à la mâchoire deux mois avant empêcha Diana de prendre part à cette belle échéance… Cela n’a cependant pas arrêté le couple, qui a très vite pris sa revanche. En 2013, Clarissa et Diana sont ainsi sacrées championnes de France et montent sur la deuxième marche du podium du Trophée des As. Quelques mois plus tard, elles réalisent l’exploit lors des championnats d’Europe d’Arezzo, où elles se classent cinquième par équipe. Cela faisait près de trente-cinq ans que la France n’avait pas réalisé un si bon classement. L’année suivante, le couple continue sur son incroyable lancée en étant à nouveau sacré champion de France et en remportant le Trophée des As. Évidemment sélectionnées pour les championnats d’Europe de Millstreet, Clarissa et Diana sont les seules françaises à se qualifier pour la Kür – épreuve à laquelle seuls les dix-huit meilleurs cavaliers et poneys du championnat peuvent prétendre. Elles réalisent là « la meilleure reprise de toute leur carrière » selon Alizée Froment. Clarissa ne pouvait donc pas rêver mieux pour sa dernière année aux côtés de sa formidable Diana. 

En 2015, Arthur Barthel reprend les rênes de l’alezane. Troisième du CDIP de Vidauban, deuxième de la tournée des As de Jardy, vice-champion de France, membre de l’équipe lors des championnats d’Europe de Malmö… Le couple était à l’aube d’une formidable histoire. Mais cette dernière s’est brusquement arrêtée le 5 septembre 2015, lorsque Diana a été emportée par une violente fièvre. Une nouvelle tragique pour Clarissa, Arthur et leur entourage, mais aussi pour toute la famille du dressage français. Six ans plus tard, Diana reste encore l’un des meilleurs poneys sur lesquels la France a pu compter et son nom ne semble pas prêt de s’effacer des mémoires. 

Tim, le poney suédois qui a excellé en France

En 2011 c’est un poney bien connu de la scène européenne qui rejoint lui aussi l’équipe de France : Tim (Hellekis Timjan x Axa par Amiral). Né en Suède en 1996, il s’y est révélé comme l’un des meilleurs de sa génération en enchaînant les podium à cinq et six ans, puis en obtenant pas moins de onze médailles lors de championnats nationaux, comme l’indique Poney As. Avant son arrivée en France, Tim avait également déjà pris part à deux championnats d’Europe, en 2007 sous la selle de la cavalière suédoise Elin Aspnäs puis en 2010 sous couleurs danoises aux côtés d’Anne Fabricius Tange. Un poney au palmarès impressionnant, dont l’arrivée en France a évidemment été remarquée. Après une saison sous la selle de Joy Albeck en 2011 – durant laquelle le couple prendra part à de nombreux CDIOP et sera sélectionné pour les championnats d’Europe – Tim rejoint les écuries de Caroline Faujour, avec qui il réalisera de très beaux scores lors des CDIP de Moorsele, Pompadour ou encore Vidauban et sera à nouveau sélectionné pour représenter la France lors des championnats d’Europe de Fontainebleau. 

Après une saison 2013 également marquée par de bons résultats, Tim rejoint Léa Bonifay en 2014. Malgré des classements quelque peu décevants lors de ses débuts, le couple décroche la médaille de bronze du Trophée des As lors des Championnats de France et est sélectionné pour les championnats d’Europe de Millstreet. Une échéance qui semble avoir été formatrice et bénéfique pour la jeune cavalière française et sa nouvelle monture, puisqu’ils ont ensuite réalisé de très belles performances durant l’année 2015. Après une deuxième place au Mans et une première place à Jardy, Léa et Tim sont sacrés champions de France et remportent par la même occasion le Trophée des As ainsi qu’une sélection pour les championnats d’Europe de Malmö. De quoi terminer en beauté la carrière de ce formidable hongre, qui aura enchaîné les nationalités et les victoires tout au long de sa vie. 

Photo : Léa Bonifay et Tim
Crédit : Claude Bigeon