Suspension de la fédération équestre des EAU, le TAS a rendu son verdict...

Rédigé le 18/11/2020
Jocelyne Alligier

Dans le bras de fer entre la FEI et la fédération équestre des Emirats arabes unis, le Tribunal Arbitral du Sport a tranché, confirmant la décision de la FEI de suspendre la fédération nationale de ce pays jusqu’à fin décembre. En revanche, la suspension plus longue pour la discipline endurance semble bien passer à la trappe !

Le 24 septembre la FEI annonçait sa décision de suspendre la fédération équestre nationale des Emirats Arabes Unis suite à l’organisation de compétitions internationales masquées en nationales pour deux grands rendez-vous endurance début 2020. Cette décision avait pour conséquence de stopper toute activité de compétition équestre aux EAU et pour leurs ressortissants (lire ici).

Dans les jours qui ont suivi, la fédération des EAU publiait un contre argumentaire et signifiait son intention de faire appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport. Celui-ci a rendu son verdict après deux jours d’audition en visio conférence avec les parties les 12 et 13 novembre. La FEI  est bien confirmée dans sa décision de suspendre la fédération équestre nationale des EAU jusqu’au 31 décembre 2020, donc toutes les compétitions équestres restent interdites dans ce pays, et ses ressortissants ne peuvent prendre part à des concours où qu’ils soient dans le monde jusqu’à cette date. La FEI dans un communiqué du 17/11 s’est félicité de cette décision rapide du TAS (lire ici).

Néanmoins, on peut nuancer ce triomphalisme, car la publication du TAS, rendue rapidement à la demande des deux parties, est loin de valider à 100% la décision initiale de la FEI. En effet celle-ci avait émis un calendrier de suspension en deux temps : pour toutes  les disciplines jusqu’au 31 décembre 2020, ce qui est bien confirmé, et jusqu’au 31 mars 2021 pour l’endurance. Ce deuxième point n’est absolument pas évoqué par le TAS, donc la saison d’endurance devrait bien pouvoir reprendre aux EAU en janvier, à voir dans quelles conditions ! Le TAS a aussi réduit l’amende demandée par la FEI qui souhaitait mettre une pénalité sur les dotations distribuées (montant non publié officiellement) aux deux organisateurs des courses d’endurance incriminées : de 50% pour les organisateurs de la Sheikh Mohammed Cup et 10% pour la President Cup on passe à 25% et 5%, plus la cotisation que ces deux organisateurs auraient du verser à la FEI dans le cadre d’une compétition officiellement internationale.

 Après un début dans les pays du Groupe 7 sans les cavaliers émiratis, la saison d’endurance va reprendre dès janvier avec eux et sur les sites aux Emirats Arabes Unis ! 

Photo :
Crédit : www.scoopdyga.com