Cluny : reprise des concours SHF sous protocole strict

Cluny : reprise des concours SHF sous protocole strict

Rédigé le 20/05/2020
Propos recueillis par Jocelyne Alligier

Lundi 25 mai les cavaliers retrouveront les concours SHF mais dans une ambiance très différente de leurs habitudes. Erwan Boucher, directeur adjoint du site d’Equivallée-Haras National de Cluny, qui accueillera 891 engagés pour des épreuves jeunes chevaux, nous a expliqué la mise en place du protocole indispensable à cette reprise hautement encadrée.

L’Eperon : Equivallée-Haras National de Cluny va recevoir l’un des premiers concours "après confinement", comment est-il organisé ? 

Erwan Boucher :  Dans le cadre du protocole signé avec le Ministère de l’Agriculture, la SHF est organisatrice  des concours Cycles Classique et nous sommes l’organisateur délégué, c'est-à-dire que nous assurons toute la partie logistique et sportive. La SHF perçoit les 20€ d’engagement, et nous rétrocède la part organisateur qui est de 9€ par engagement. Nous travaillons en totale collaboration, par exemple je fais valider les horaires par la SHF avant de publier quoi que ce soit. Initialement le concours était prévu sur trois jours, et avec plus de 800 engagés, j’avoue que lundi soir je n’ai pas beaucoup dormi ! En passant sur cinq jours, on sera plus à l’aise pour respecter les normes de 100 personnes maxi sur le site.

Le contexte de crise sanitaire oblige à un protocole très strict, comment avez-vous prévu sa mise en place ? 

Nous avons travaillé en deux temps : tout d’abord j’avais préparé un protocole pour la remise en route du site car pendant le confinement nous avions zéro activité, et le site ne peut pas trouver la moindre rentabilité en étant à l’arrêt ! J’avais donc commencé à travailler sur le déconfinement et une reprise progressive de l’activité. La réouverture des concours Jeunes Chevaux en fait partie. J’ai appliqué sur le premier protocole celui que la SHF a mis au point. Concrètement le site est divisé en trois zones de fréquentation: l’hippodrome où sont les boxes et les camions qui restent plusieurs jours, la zone du parking principal pour les camions à la journée, et la zone de compétition. A l’entrée de chacune il y aura un check point assuré par le personnel d’Equivallée. Tous les cavaliers et leurs accompagnants déclarés auront un bracelet pour circuler. Conformément au protocole SHF, le port du masque est obligatoire sauf à cheval. Les cavaliers pourront disposer d’un pré paddock pour travailler sur le plat avec dix chevaux possibles, et du paddock avec obstacle qui pourra en accueillir huit. Nous avons mis en place des sens de circulation pour éviter au maximum les croisements. Notre traiteur habituel a accepté de faire un point de vente à emporter, et uniquement, aucune consommation n’est possible sur place et aucun regroupement de dix personnes et plus ne pourra être toléré ! 

Parmi les contraintes, il y a une limitation du nombre de boxes, est ce bien accepté par les cavaliers ? 

Nous avons des grosses écuries qui viennent de loin et nous avons mis 130 boxes à disposition. C’est beaucoup moins que d’habitude mais globalement les cavaliers ont accepté l’idée de ne pas rester sur place. Dans l’ensemble ils se sont montrés réceptifs comprenant bien les contraintes pour que ça se passe bien car si ce n’est pas le cas, tout le monde est conscient que la suite du circuit sera remise en question ! Et l’envie de tout le monde, c’est que ça redémarre ! C’est pour ça que nous avons accepté l’organisation de ces concours. Il y en a quatre programmés, je ne sais pas encore si c’est rentable, mais c’est notre contribution pour la relance de la filière car si l’activité ne repart pas, ça va coûter très cher à tous les acteurs du monde du cheval ! 

Quelles sont les relations avec les autorités locales ? 

La tenue du concours est soumise à autorisation préfectorale, et il faut bien être conscient qu’en cas de problème comme par exemple la découverte d’un nouveau foyer épidémique local, le concours peut-être annulé du jour au lendemain ! J’ai eu une réunion la semaine dernière avec le major de la gendarmerie et je suis en contact aussi avec la mairie. Habituellement les concours entrent dans la promotion touristique de Cluny, là avec le huis clos, il n’est pas question de faire la moindre publicité ! Nous sommes toujours en zone rouge en région Bourgogne-Franche-Comté car la carte n’est pas réactualisée alors que tous les indicateurs sont au vert pour le département de Saône et Loire. Il y a donc forcément un risque de voir tout le travail accompli pour que ça se passe dans les meilleures conditions anéanti par une décision administrative ! Mais comme le week-end de mi-mars nous avons été un des premiers concours stoppé avec la limitation à 100 personnes avant le confinement, je dis à mes équipes que nous allons être un des premiers à redémarrer, ça motive ! 

Photo : Erwan Boucher
Crédit : Jean-Louis Perrier